© Thierry Depagne
© Thierry Depagne
L’Elégie de la traversée : Séoul de 1982 à 2015
+ EXPOSITIONS

Françoise Huguier
, Musée d'histoire de la ville de Séoul, Séoul, Corée - 2016
+ Client(s) : Musée d'histoire de la ville de Séoul
+ Artiste(s) : Françoise Huguier
+ Mission : Conception et développement de la scénographie
+ Budget : Non communiqué

SITE WEB
© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

© Françoise Huguier

1
-
15

A l’occasion du 130ème anniversaire des relations diplomatiques entre la France et la Corée, le Musée d’histoire de la ville de Séoul accueille l’exposition de Françoise Huguier, « L’Elégie de la traversée : Séoul de 1982 à 2015 ».
 
L’exposition présente ses recherches sur le Séoul d’aujourd’hui, ainsi que sur l’influence de la culture populaire coréenne en Asie du Sud-Est. Ses photographies sont mises en parallèle avec celles prises lors de son premier séjour en 1982, lorsque la ville était encore en construction.
 
Redécouvrant Séoul en 2014, Françoise Huguier photographie une ville transformée par la technologie et la consommation de masse. Le niveau de vie a considérablement augmenté et la culture populaire coréenne influence largement l’ensemble de l’Asie, dépassant l’incidence du Japon.
 
Françoise Huguier nous montre sa vision de Séoul, de la musique KPop aux quartiers de la ville où la consommation est devenue outrageuse. Elle part aussi à la recherche de la génération qui a souffert pour la réussite du pays en se rendant dans le quartier de Dunchon-dong, dans les colathèques et les cabarets de Jongno, ainsi que dans les bidonvilles des laissés-pour-compte.